Chaque commande part sous 24h à 48h…

Faire défiler
Précédent Suivant
octobre 21, 2020

Le mois d’or, ou le mois après l’accouchement

On le sait, les premières semaines qui suivent la naissance de bébé ne sont pas de tout repos et constituent un véritable bouleversement dans la vie d’une jeune maman. Après neuf mois de grossesse et un accouchement déjà éprouvants, de nombreux défis vont se présenter aux mamans modernes qui continuent bien souvent à assumer de nombreuses tâches, à la fois au niveau personnel et professionnel. Elles auront donc besoin de toutes leurs forces pour y faire face. Dans certaines cultures, cette période est appelée le « mois d’or » et, en fonction de son déroulement, il constitue la clé d’un avenir heureux et en bonne santé pour maman et bébé. Ce serait donc un moment crucial pour leur équilibre physique et mental.

En mai 2019, Céline CHADELAT et Marie MAHÉ-POULIN publient leur livre Le mois d’or. Depuis, cette notion s’est popularisée et on la voit souvent passer sur les réseaux sociaux. Ce livre a été libérateur pour beaucoup de femmes pour qui ce mois était souvent inconfortable. En effet, il aborde la période du post-partum sans tabou et fait le lien entre les pratiques des civilisations anciennes et les pratiques actuelles. 

Une pratique ancienne

Dans ce livre, on découvre que la tradition du mois d’or tire son origine dans les civilisations ancestrales. Il constitue une période très importante dans la culture indienne, gabonaise et biens d’autres. Selon elles, les six semaines après l’accouchement sont l’occasion d’accorder un soin particulier aux mamans. En Chine, une aide à domicile est souvent recrutée durant cette période et la médecine chinoise s’attelle à préserver la bonne santé de la mère. Effectivement, la croyance veut que si la mère contracte une maladie à ce moment-là, cela pourrait engendrer des fragilités physiologiques tout au long de sa vie. En Amérique latine, cette période est nommée la « cuarentena ». Elle impose aux mères venant d’accoucher de ne pas sortir de chez elle durant les quarante jours après l’accouchement. Là encore, l’objectif est de protéger la jeune maman pour lui permettre de récupérer et d’éviter d’affaiblir son système immunitaire via des infections extérieures.

Une période intense, remplie de bouleversements auxquels il faut s’adapter

Le mois d’or, ce sont ces quarante jours qui suivent l’accouchement. Cette durée est symbolique d’une période de transition, c’est le début d’un nouveau chapitre. On retrouve d’ailleurs cette référence dans les récits bibliques avec la période du carême. Quarante jours, ce serait pour l’humain la durée nécessaire à l’acceptation d’un changement important de vie. C’est aussi le temps qu’il faut pour que l’organisme de maman recommence à fonctionner normalement. Ainsi, les six semaines qui suivent la naissance sont en général considérées comme une période dédiée au rétablissement de la mère. Cependant, cela peut aujourd’hui représenter un véritable effort pour les jeunes mamans. Dans nos sociétés modernes et individualistes, cette attention particulière envers la mère s’est parfois perdue et elle doit souvent gérer elle-même son rétablissement. En effet, le conjoint reprend rapidement son activité professionnelle, la famille n’habite pas forcément à côté et les amis sont occupés par leur quotidien. 

Le mois d’or est donc une période délicate mais certaines pratiques peuvent vous aider à vivre l’intensité des premières semaines plus sereinement et à profiter au maximum de l’arrivée de bébé ! Voici quelques conseils.

 

Bien s’entourer et se reposer

Comme vu précédemment, l’accouchement et la période post-natale sont sources de fatigue et l’une des principales difficultés rencontrée par la jeune maman est le sentiment d’isolement. Le meilleur moyen d’y palier est de bien s’entourer. N’hésitez pas à solliciter vos proches et à leur parler de vos difficultés. Ils constitueront pour vous un vrai soutien moral mais aussi logistique pour surmonter les défis de la maternité. Le post-partum est une période complexe à vivre moralement, il est donc important d’être choyée et de se sentir aimée. Cette attention bienveillante de votre entourage vous permettra de vivre pleinement vos premiers pas dans la maternité, de vous sentir apaisée et comblée. 

Pendant ce mois d’or, le mot d’ordre, c’est le repos ! Durant les premiers jours, il est préférable que la mère reste le plus possible allongée pour laisser les transformations s’opérer dans son corps et guérir des maux de l’accouchement. Il ne faut pas oublier que cet événement entraîne saignements, courbatures, montées de lait rapides et autres désagréments auxquels les parents doivent s’adapter. Une femme qui reprend sa vie trop rapidement prendra le risque de ne pas retrouver tout son tonus pelvien et abdominal, ce qui pourra être très embêtant à long terme (fuites urinaires ou difficultés à atteindre l’orgasme au moment de la pré-ménopause). Alors au début, mieux vaut se ménager ! Pour vous permettre de récupérer vos forces, n’hésitez pas à déléguer certaines tâches à votre conjoint et à dormir dès que l’occasion se présente, notamment quand votre enfant dort.

Profiter des moments privilégiés avec bébé

La période post-natale est aussi un moment hors du temps où la mère découvre (ou redécouvre) la maternité et rencontre son bébé. Les premiers regards, les premières nuits, les premiers sons : l’après-naissance est une découverte de tous les instants. Cependant, ces moments ne durent pas éternellement et il faut les vivre pleinement. Durant ces premiers temps, le nouveau-né est vulnérable et dépend entièrement de vous pour vivre, il va donc énormément vous solliciter. C’est ainsi que la relation va se tisser, par tous les gestes du quotidien. Porter votre bébé, faire du peau à peau, le nourrir sont autant de moyens de vous connecter avec votre enfant et il faut en abuser. Pour certains, tout cela représente un frein à l’émancipation des femmes et c’est pourquoi beaucoup de ces gestes se sont perdus ou sont réduits au minimum. Cependant, si vous en ressentez le besoin, assumez de vivre pleinement les premiers temps de votre relation avec votre enfant, car c’est vous faire du bien à vous et à lui. Il est totalement normal d’entretenir une proximité avec la chair de sa chair. Enfin, une fois dans votre petite bulle d’amour, quel meilleur moment pour essayer de décrocher d’internet ?

Prendre soin de soi par la chaleur

D’après les auteures de l’ouvrage Le Mois d’or, après l’accouchement, il est important de ne pas se négliger et de se faire du bien tant physiquement que mentalement. D’abord, adoptez une alimentation saine et équilibrée pour favoriser la récupération. Avec la fatigue et pour certaines l’allaitement, l’envie de cuisiner n’est pas toujours au rendez-vous et vous manquerez souvent de temps, alors faites des réserves ! Concrètement, privilégiez les plats chauds, nutritifs et qui vous font plaisir, la nourriture sera un bon moyen de vous réconforter. Pour prendre soin de votre corps, la chaleur sera votre meilleur allié. En plus de ses vertus relaxantes, elle vous donnera le sentiment de regagner votre énergie. Faites-vous des bains de vapeur pour le visage et, si vous le pouvez, des séances de hammam. Les massages postnatals seront aussi un bon moyen de soulager vos courbatures et de vous régénérer. Ils diffuseront une sensation de chaleur dans tout votre corps. Cependant, les bains sont déconseillés au moins durant les trois premières semaines pour éviter les risques d’infection de l’utérus.

Le Rebozo pour resserrer le bassin

Au bout de six semaines, votre gynécologue vérifiera la tonicité de votre périnée et vous prescrira ou non une rééducation. En attendant, il peut être bon de commencer à récupérer vos sensations au niveau de votre plancher pelvien. Pour cela, il existe la méthode du « rebozo », une technique ancestrale qui prend racine dans la péninsule du Yucatan au Mexique. Ce soin consiste à resserrer en douceur le bassin à l’aide d’un tissu en coton, le rebozo. Son tissage spécial le rend à la fois résistant et adaptable, ce qui offre une sensation toute particulière. Il peut aussi s’utiliser durant la grossesse pour soutenir le ventre ou pendant l’accouchement pour soulager les douleurs liées aux contractions. En post-natale, le rebozo redonne à la jeune maman une sensation de maintien. Cela permettrait de regagner rapidement en stabilité et d’accélérer la récupération du plancher pelvien. Seules certaines sages-femmes proposent de pratiquer cette technique et de nombreuses mères témoignent de son efficacité et de ses bienfaits.

Bien sûr, il n’existe pas de recette miracle pour mieux vivre les semaines qui suivent l’accouchement. L’important c’est de trouver son équilibre. Nous espérons que ces conseils vous permettront de mieux traverser ces six semaines qui suivent la naissance !